Il était une fois, il y a cinq ans, une petite fille hypersensible et à haut potentiel, bien encombrée par ce qui ne semblait pas être un don à l’époque...

Sa maman, un peu perdue entre les convocations répétées à l’école et les crises à la maison, me demanda un jour si elle pouvait venir voir les chevaux à la maison.

- « Peut-être que les chevaux pourront lui apporter un peu de sérénité ? »

- « Peut-être que les chevaux pourront nous faire comprendre ce dont elle a besoin », répondis-je. « Dans le monde des chevaux, être sensible et très en lien avec ses émotions est plutôt une qualité, c’est ce qui permet la survie. »

Et la petite fille vint nous voir, Shana (ma jument noire) et moi, un samedi. J’étais quelque peu stressée en me demandant si c’était finalement une bonne idée de faire venir un petit « diablotin qui frappe » parmi mes chevaux, mais Shana, avec sa tranquillité habituelle, n’a pas semblé le moins du monde perturbée par cette petite.

 

Et la magie a opéré…Nous étions tous bluffés : cette petite, qui n’avait jamais vu un cheval de sa vie, était concentrée, attentive et a eu une lecture très fine du comportement de la jument, à un niveau que je ne vois pas souvent, même chez des cavaliers au long cours !

- « Elle ne m’écoute pas, là. Elle pense à ses copains. Là, je sens qu’elle est avec moi, elle a confiance. »

Toutes ses observations étaient rigoureusement justes !

Nous avons pu faire de nombreux exercices à pied et à cheval. La petite, très à l’aise, savait parfaitement se positionner et envoyer l’énergie adaptée pour se faire comprendre. Comment savait-elle tout cela ? Elle n’avait pourtant pas potassé un livre d’éthologie équine avant de venir ???

En tous cas, pour la première fois, l’exceptionnelle sensibilité de cette petite fille était un atout, un atout incroyable même ! Et je ne manquais pas de la complimenter à ce sujet ! Preuve pour moi qu’un enfant, quel qu’il soit, peut s’épanouir s’il est entouré de Nature, d’animaux, de sérénité, et étayé par des parents et un entourage qui croient inconditionnellement en ses capacités.

Et voilà comment cette petite histoire vraie a été le début de mon long cheminement jusqu’à la création de ma société « Des zèbres[1] et des chevaux »…

 

[1] Le terme de « zèbre » est employé par Jeanne Siaud-Facchin dans son livre « L’enfant surdoué ». Plus de renseignements : https://lesvendredisintellos.com/2014/09/20/cest-quoi-un-zebre/

© Des zèbres et des chevaux. Pauline Borgniet

Pour nous contacter :

Pauline Borgniet

Tel : 06 28 84 04 16

Mail : pauline.borgniet@gmail.com

 

Adresse :

1, la haute ménantie

44860 Pont Saint Martin

Loire Atlantique

Nous retrouver :

  • Facebook - Gris Cercle